Mon beau frère à tué ma sœur

29.03.2024 – Mon beau frère a tué ma sœur

Résumé

En ce jour de grâce, Octave Clapoteau, le célèbre anthropologue qui a étudié les moeurs des Pornos, est reçu à l’Académie française par son hilare ami Etienne Sembadel, le non moins célèbre auteur du « Sexe, sa vie, son œuvre ». Eternels gamins bambocheurs, les deux Immortels retrouvent, après la réception d’usage, la jeune et belle Esther Bouloire, profession vétérinaire et habituée de la clinique psychiatrique de Sembadel.

 Cette égérie particulière n’a guère qu’une phrase à la bouche: « Mon beau-frère a tué ma sœur ». Las de ses répétitions, les deux acolytes décident de mener une enquête. Du beau-frère escroc mégalo à la cousine avocate ingrate, en passant par le tonton maquignon à pognon, les voilà en train de suivre une étrange piste bordée de cadavres.

 La Suisse où elle les mène en compagnie d’une tonitruante italienne maîtresse insatiable de Clapoteau, leur fait l’honneur de ses prisons. De retour à Paris, où Sembadel manque de s’amender et de reprendre une vie familiale cohérente, les événements les poussent dans leurs derniers retranchements. Et le beau-frère acculé avoue tous les meurtres qu’il a commis pour le tonton Jocelyn, qui asseyait ainsi sa fortune en se vengeant de son infortune de bossu.

 A peine confessé, le beau-frère est à son tour abattu. En voiture Esther, décident les Immortels, mettant le cap sur l’Italie, tandis que l’avocate tombe sous les pruneaux. Mais la demeure en feu de l’Italienne ne les abritera pas. Direction Rome maintenant, où d’ailleurs la piste semble aboutir. Le tonton ne sort-il pas du Vatican au moment où Clapoteau et Sembadel y entrent pour se rendre à l’audience papale qui leur a été accordée? Les voilà dehors, tout joyeux, légers, légers. Et les plombs qu’ils reçoivent, presque sous les yeux de leurs amies, les font monter au ciel: assurément la protection qui vient de leur être promise ne concernait pas la Terre.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.